Impressions d’Italie - Lorenzani, Benevolo, Charpentier

Le Concert Spirituel
Direction, Hervé Niquet

CONCERT
Jeudi 25 août 2016, 21h
Abbaye de Chancelade

Le Concert Spirituel, direction Hervé Niquet (photo Archives of the Warsaw Philharmonic)

Après le requiem de Pierre Bouteiller, Hervé Niquet réunit à nouveau son chœur d’hommes autour de pièces sacrées d’inspiration franco-italienne parmi les plus belles du répertoire. Ensemble, ils révèlent la beauté de ces polyphonies oubliées, recréant une atmosphère d’une émouvante gravité.

Ce programme est construit autour de la Messe Raggio Celeste, (ou «  rayonnement céleste  ») de Benevolo, considéré comme l’un des plus dignes successeurs de Palestrina. Benevolo fut l’une des premières amours d’Hervé Niquet, puisqu’il lui a consacré plusieurs enregistrements, notamment la Missa Azzolina, en première mondiale, dès la création du Concert Spirituel. 25 ans plus tard, Le Concert Spirituel retourne à la formation à douze voix d’hommes solistes et basses de violes qui a fait son succès avec le Requiem de Pierre Bouteiller, et entraîne le public dans un voyage musical entre France et Italie, de Paris (où exerçaient Charpentier et Lorenzani), à la Basilique St-Pierre et l’Église St-Louis des Français à Rome (où exerçait Benevolo, fils d’un pâtissier français né à Rome).
Après la redécouverte du Requiem de Pierre Bouteiller, tournée de Paris à Séoul en passant par Londres, Kilkenny, Pékin, Monaco ou encore Hong-Kong… puis celle de la grande Messe de Striggio pour 40 voix solistes, Hervé Niquet a décidé de confier à son émouvant chœur d’hommes la mission de recréer la Missa Raggio Celeste, pour dix voix et continuo, d’Orazio Benevolo.
Benevolo est aujourd’hui pratiquement oublié - alors qu’il était considéré, de son vivant, et pendant au moins cinquante ans après sa mort, comme l’un des plus dignes successeurs de Palestrina (« Il est le Palestrina de notre temps », disaient de lui ses admirateurs).
Fils d’un pâtissier lorrain émigré à Rome, Benevolo fut admis à la maîtrise de l’église Saint-Louis des Français en février 1617, avec pour premier maître de musique, Vincenzo Ugolini. Lorsque les recteurs de Saint-Louis supprimèrent l’école de chant, Benevolo, qui était probablement resté à la maîtrise de Saint-Louis en qualité de « grand enfant », reçut une indemnité de bon service. Excellent organiste, il trouva très vite une place comme maître de chapelle à Santa Maria in Trastevere. Après avoir été successivement maître de chapelle à l’église du Saint-Esprit à Sassia, puis auprès de l’Archiduc Leopold Wilhelm d’Autriche la chapelle ducale de Bavière et à Sainte-Marie Majeure à Rome, Benevolo finira sa carrière à la prestigieuse Cappella Giulia - la chapelle musicale de la Basilique Saint-Pierre au Vatican. 
Durant une carrière longue de presque 40 ans, Benevolo composa de nombreuses œuvres, à 2, 3, 4 voire 6 chœurs intégrant à la fois style antique et attirance tonale. Il acquit ce faisant une immense réputation pour son habileté hors normes à concerter plusieurs chœurs -  à tel point que Pitoni, successeur de Benevolo à la Capella Giulia et célèbre professeur de musique, fit rétablir les partitions d’une série de ses compositions polychorales pour les faire étudier comme modèles à ses élèves.
L’image de Benevolo que donnent aujourd’hui la plupart des encyclopédies est donc très restrictive, nous peignant un compositeur sévère et continuateur de la plus pure tradition palestrinienne.
Or, bien au contraire, le titre de la messe choisie par Hervé Niquet, et provenant du fonds des Archives de la Basilica Lateranensis - au Vatican - témoigne de la luminosité qui imprègne l’œuvre et de l’effet recherché par Benevolo : « Raggio Celeste » signifie en effet « rayonnement céleste ».
Œuvre très italienne, à l’architecture extrêmement large et sonore, cette messe au « Raggio Celeste » est l’un des hauts sommets du contrepoint italien, dotée d’un Gloria époustouflant.
Autour de cette grande messe polychorale, qui forme l’axe central de ce programme, Hervé Niquet a choisi de reconstituer le déroulement d’un office tel qu’il pouvait se pratiquer à l’Église Saint-Louis des Français, proche de la célèbre Piazza Navona à Rome, en intercalant des motets de Charpentier et de Lorenzani (qui fut l’élève de Benevolo à Rome).

Programme

P. Lorenzani
Litanies à la Vierge, Magnificat

O. Benevolo
Missa Raggio Celeste

M.-A. Charpentier
Jesu corona H 53
Transfige H 251
Domine salvum fac regem H 292

 

Le Concert Spirituel

Tarifs     35€ / 30€ / 8€      • Information sur les tarifs et les abonnements

Réservation     • Billetterie en ligne     • Autres modes de réservation